Pénurie de main d’oeuvre: un appel aux travailleurs autonomes et aux immigrants | MyConsultant

Pénurie de main d’oeuvre: un appel aux travailleurs autonomes et aux immigrants

Le nombre de postes vacants et le chômage dans certains secteurs continuent d’augmenter et bien que cela perdure depuis un certain temps déjà, le manque se fait de plus en plus ressentir.

Quelques faits saillants

Au premier trimestre de l’an 2021, le Canada a enregistré 553 500 postes vacants dans tout le pays, ce qui représente une hausse de 7,9% par rapport au premier trimestre de l’année précédente. Au Québec, le nombre de postes vacants a presque triplé depuis le premier trimestre de 2016, alors qu’on y trouvait 52 930 postes vacants: le nombre s’élève en 2021 à plus de 146 865 postes vacants pour le même trimestre. Il en va de même pour la croissance du taux de postes vacants qui continue d’augmenter, par rapport à la demande sur le marché.

Les secteurs les plus touchés par cette augmentation sont celui la santé (incluant l’assistance sociale), de la construction et de la fabrication, spécialement de la fabrication d’aliments. Pour certains secteurs, il s’agit d’un problème de chômage tandis que pour d’autres, un problème de postes vacants et d’un manque d’attirance envers le secteur comme c’est le cas pour la fabrication d’aliments.

Solutions envisagées et opportunités

Selon les estimations d’Emploi Québec telles que relayées à Radio-Canada par Mia Homsy, pdg de l'Institut du Québec, l’immigration devra constituer un gros morceau de la solution. En effet, l’un des facteurs principaux du problème actuel est la démographie de la province québecoise: la population vieillissante fait qu’il y a plus de personnes qui sortent du marché du travail que de personnes qui y entrent. Ainsi, on estime qu’il va falloir que les immigrants remplacent près d’1.4 million de personnes qui partent à la retraite. D'autre part, certaines projections indiquent que les immigrants économiques permettront de combler de 22% à 30% des besoins sur le marché, ce qui est considérable.

Des spécialistes envisagent également de solliciter les travailleurs autochtones par plusieurs moyens comme les crédits d’impôts, les stages et autres mesures incitatives. Quoiqu’il en soit, il semble qu’autant les immigrants que les travailleurs autochtones pourront bientôt tirer leur épingle du jeu grâce aux opportunités de travail qui se présentent à eux.

Source: Radio-Canada Info

Cliquez ici pour contacter un consultant en Immigration & citoyenneté

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube